Ombres furtives

C’était joli, une pleine lune – ou presque – et le vendredi saint. L’humeur en ville n’était sans doute pas à l’expiation. En fait, la ville est presque vide  (enfin vide…) : les fêtes…. de Pâques, ce n’est pas anodin.
Et il y avait cette lune, pleine ou presque, qui éclairait ce décor de théâtre fabuleux auquel ressemble la ville la nuit.
Une ombre furtive…
Casanova ? Qui va rompre le poignet de l’offenseur à minuit ?
Tout cela ne se produit plus.
Une petite bête intrépide ?!
D’habitude, on ne les voit qu’au milieu de la nuit. Et pourtant, elle est bien là, intrépide, et l’oeil vif.
Il fallait voir jusqu’à quel point elle allait pousser l’audace, immobile, au bord du canal, guettant mes réactions, avec rien moins qu’un air de défi. Il fallait le relever….encore qu’elle fût de bonne taille. Mais elle était si rare à cette heure, et par cette lumière.

Elle ne la poussa pas bien loin, l’audace. Un pas de plus, le mien, à une distance plus que respectable…et  elle plongea dans le canal.

La photo ? (une analogie)