En ce 22 mars…

A Paris, il y a une rue arborée, très bobo, qui longe les buttes Chaumont, et qui s’appelle rue Manin. A Venise, il y a un Campo Manin, et on le prononce “Manine”.  C’est sur cette place que se trouve sa maison vénitienne.
Manine ? Daniele Manin, avocat vénitien, que les autorités autrichiennes jugeaient trop patriote pour ne pas le faire enfermer dans leurs prisons en janvier 1848. Il en fut libéré le 17 mars, par un soulèvement populaire.
Cinq jours plus tard, un 22 mars très exactement, Manin, debout sur une table, devant le Florian, précisément sous les fenêtres du gouverneur autrichien, proclamait la République.
Elle devait durer 17 mois, avant que les Autrichiens n’occupent à nouveau la ville. Manin fut alors exilé à Paris. Il habita rue des Petites Ecuries, puis rue Blanche, fréquenta Hugo, Lamartine, Michelet, Tocqueville, entre autres, et vécut des leçons d’italien qu’il dispensait. Marie d’Agoult et les filles de Dickens furent au nombre de ses élèves.

Une pensée pour Manin devant les bourgeons des buttes Chaumont, en ce 22 mars.